KATUTURA


vendredi, mai 11, 2007
 


Chaque année, les Sœurs peuvent faire une semaine de retraite, c’est-à-dire, elles peuvent se rendre dans un endroit paisible si possible et, huit jours durant, prendre le temps de manger tranquillement, de dormir paisiblement, de retrouver des consœurs d’un peu partout pour être ensemble à la chapelle, et dans une grande salle où un conférencier donnera 2 conférences par jour sur un sujet présenté à l’avance.

Le but est, comme je le comprends, de nous aider à chercher et à trouver un sens à la vie de Sœur aujourd’hui.

Pour moi, j’essaie de chercher le sens d’une lutte pour un monde juste et fraternel, dans la réalité d' un réseau de systèmes liés les uns aux autres, des systèmes qui tiennent dans leurs griffes les gens de la rue, ceux et celles des sous-sols de l’humanité, des systèmes qui ont maintenant leur propre impulsion et qui mènent à l’anéantissement ceux qui en profitent et ceux qui en sont les victimes ! L’ABSURDE !

On se demande : est-ce que l’absurde est devenu quelque chose de mondialement normal ?
On élimine ce mot gênant de notre vocabulaire… On met sa tête dans le sable comme les autruches
et on cherche des signes d’espérance.

Mais est-ce que ces signes d’espérance éclairent et provoquent et défient ma tête enfouie dans le sable ?
Et puis, si je sors ma tête de sa cachette sableuse, est-ce que ces signes d’espérance sont liés et reliés aux signes des temps, comme la clé et la serrure?

Example :
Un signe des temps : on tue les journalistes



Comme Jésus, les journalistes scrutent le quotidien des gens de tous les jours. Ils dénoncent, avec les moyens qu’ils ont, radio, télévision, la presse, ils dénoncent l’injustice pour annoncer qu’un autre monde
est non seulement possible, mais que c’est une urgence de survie pour tous !

Comme Jésus. Dans leur cœur, ils pleurent sur les métropoles et leurs égouts…
Ils sont au désert de l'actualité, concentrés au bout de leur plume pour trouver des « mots pour le dire » !

Pour avoir dit la vérité : ils seront kidnappés, tués, laissant les sans-voix, sans voix !

Example:

En Palestine Alan Johnston

Eliminer les journalistes: un signe des temps

La peur de la vérité : un signe des temps

Eliminer Jésus : un signe des temps en son temps en Palestine. Il avait eu l’audace de dire devant son juge :
« je suis la Vérité »

Signe d’espérance : la résurrection de l’esprit de Jésus, qu’on avait « mis au tombeau » une fois pour toutes, qui en sort et se hâte vers les Galilées d’aujourd’hui…

Il est je crois, ce « Jésus aujourd’hui » dans le regard des journalistes et au bout de leur plume, eux qui annoncent la Bonne nouvelle en dénonçant les pires atrocités … au prix de leur vie, trop souvent !



J'ai réfléchis à ça durant ma retraite...