KATUTURA


samedi, mars 29, 2003
 


Il y a ce portrait dans 24 heures d’aujourd’hui (je n’arrive pas à le transférer, mais il est sur le papier !)
En anglais, nous disons : « Beauty is in the eye of the beholder » et difficilement, j’essaie de traduire :
« la beauté est dans l’œil de celui qui regarde ». La bonté, la générosité, la vérité enfin, aussi…
Gilbert Salem a un regard qui fait grandir et force à mûrir. Moi dans tous les cas.
Dans ce portrait et cette photo : cette terre qui enfante ces floraisons d’êtres humains,
l’espace d’une petite vie en quête de bonheur, pour y retomber, dans cette terre,
comme une poussière de rêves brisés… si ce n’était la transcendance, et Jésus…
mais je ne suis pas sûre, puisque je crois…

Gilbert, à la page 183 de « Le Puzzle amoureux » donne la parole à Saint Paul.
Il dit : « Il n’y a plus ni juif ni grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre,
il n’y a plus ni homme ni femme ; car vous êtes tous un en Jésus-Christ. »

C’est l’arc-en-ciel, les contraires dans l’harmonie de l’amour…
Mais qu’en est-il, regardez :



Gilbert Salem : Donc si nous sommes tous une seule et même personne, nous ne serons
pas à l’étroit au paradis. Sur terre, comme sur l’esplanade des mosquées de Jérusalem,
c’est autre chose. Les Evangiles font dire à mon (notre) Bien-Aimé une parole troublante :
« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix dans le monde ;
je n’apporte pas la paix, mais l’épée. » (Matthieu, 10-34)
Que voulait-il dire par là… l’homme de Nazareth ? (fin de citation)

Je n’arrête pas d’y réfléchir alors que le rêve de bonheur persiste… et la foi






mardi, mars 25, 2003
 


L’Annonciation, quelle belle fête ! C'était à Nazareth



Telle qu’elle est aujourd’hui… cette ville de Nazareth, là où, il y a plus de 2000 ans,
cette belle jeune femme reçoit la Bonne Nouvelle qu’elle va devenir la maman
d’un petit qui va vraiment lui coûter très cher…

Juste 9 mois et ce sera Noël… sur la paille, il va naître… et puis la fuite « pour sauver sa peau » en Egypte…
et une trentaine d’années plus tard, il n’en réchappera pas, sur une croix il va mourir…
mais continue de chanter aujourd’hui qu’il aura, lui, le dernier mot…
on a tous été créés pour ce qui est beau et bon…

Et hier, justement, on se souvenait que, le 24 mars 1980, un autre homme y « laissa sa peau »
pour avoir annoncé, comme Gabriel à Marie, la Bonne Nouvelle qu’on est tous nés pour aimer et être aimés.
Cet homme, c’est Oscar Romero, pasteur évêque au San Salvador.

Il a été abattu parce que :
Un jour, dans son sermon et à la radio, il dit que la junte militaire (les militaires qui dirigent le pays)
commet des violences contre les paysans et les pauvres…
Les gens de son église n'aident pas l'archevêque. La hiérarchie catholique se méfie de lui…
Il se retrouve seul pour essayer d'aider les paysans et leurs libertés.

Il est proposé pour le Prix Nobel de la paix, en 1979.
Mais le 24 mars 1980, la junte fait son travail,
Oscar est assassiné pendant qu'il disait une messe… voilà…





dimanche, mars 23, 2003
 

Destruction massive versus destruction massive !

« Les armes de destruction massive » de l’Irak
c’est l’angoisse du président Bush, dit-on
et c’est la raison de sa guerre contre ce pays

Dilemme :

La bombe MOAB (Massive Ordnance Air Blast, soit "munition massive à effet de souffle".)
Surnommée la "mère de toutes les bombes" en raison de ses initiales en anglais,
aurait un pouvoir de destruction équivalent à un petit engin nucléaire.
On a tous lu ça dans la Presse !

Elle a été testée, ça marche, c’est prêt pour l’Irak un de ces jours!

La voici:





samedi, mars 22, 2003
 
Ce samedi 22.03.03

La manifestation pour la paix à Berne:
rendez-vous à la Place Schützenmatte,
dès avant midi, je les ai vus arriver de partout,
des gens de toutes origines, de toutes couleurs,
de tous âges, un bébé d’à peine six mois, des familles,
des couples, des groupes de jeunes et de moins jeunes...
ça sentait le printemps, l'amitié, la détermination quasi tangible:

non à la guerre, oui à tout ce qui construit la paix

l’avenir, le nôtre et celui de nos enfants
dépend de notre prise de conscience collective
ici et maintenant, pour agir…
« voilà la question ! » On est ici ensemble,
solidaires avec les victimes de la guerre en Irak et ailleurs...,



En sécurité dans la foule j’ai marché à petits pas mesurés
jusque vers la Place fédérale...

la peur de la police face aux prétendus Black Blocks
m’a paru ridiculement exagérée… pourquoi des gaz lacrymogènes
pourquoi des balles en caoutchouc?
les gens sont restés calmes,
on sentait que quelque chose d’important
se passait dans notre société civile… comme une naissance

sur une pancarte, ces mots : leave God out of this mess !
laissez Dieu hors de ce « merdier »
sous les photos de S. Hussein et de G. Bush !

c’était comme une élimination des faux dieux
une purification… un veau d’or qui tombe par terre de part et d'autre!

parmi nous, en route avec nous, je percevais la présence de Dieu fait homme
dans les regards, les poignées de mains, le Dieu de Jésus et du poverello d'Assise
dépouillé de puissance et de prestige...









jeudi, mars 20, 2003
 


Lausanne : plus de deux milles jeunes marchent en scandant
« tous ensemble non, tous ensemble non à la guerre ! »
je les multiplie par mille ! ils étaient des centaines de milliers...
j’ai marché avec eux un petit bout de chemin,
les larmes giclaient, les miennes…
j’étais soulagée d’avoir,
l’espace de quelques pas, retrouvé
ma dignité humaine et celle de mes frères humains
du monde tout entier, en compagnie
des jeunes de chez nous
faut aller de l’avant pour construire la paix !



 



Jasmina, l’épouse et la mère irakienne
(témoignage à la rsr le 18.02.03) me dit :
« je voudrais ne pas exister aujourd’hui,
ou, alors, je voudrais être américaine
ou suisse, pas irakienne »
le viol, c’est ça : je ne suis plus moi…
la force du plus fort m'a violentée...
la guerre viole le petit enfant, la femme,
le petit peuple…Jésus…
sous nos yeux




mardi, mars 18, 2003
 

Un enfant vient de naître sur notre petite planète
J’avais promis au papa d’y penser, très fort...
Il est chez lui, chez nous, maintenant...
Le bébé



et je lui offre trois fleurs, des jonquilles du jardin, les plus belles
nées du souffle du printemps, ce matin même à Lausanne
les voici



bisous bébé














lundi, mars 17, 2003
 

Le 17 mars

Happy Saint Patrick’s day !
Bonne fête de Saint Patrick !

Saint Patrick a vécu aux 4ème et 5ème siècles
il a évangélisé l'Irlande
Il a aimé les habitants de l’île verte
Il les a encouragés à s’aimer les uns les autres
Ils ont essayé… ils essaient encore... comme nous...





Le shamrock, ou le trèfle, est la fleur bien-aimée des Irlandais
Avec cette fleur, Patrick enseignait Dieu
Patrick est le patron de l'Irlande et … des ingénieurs



Saint Patrick’s best wishes

May you always have…
Walls for the winds,
A roof for the rain,
Tea beside the fire,
Laughter to cheer you,
Those you love near you,
And all your heart might desire!



Voeux de la Saint Patrick

Puisses tu toujours avoir
Des murs contre le vent
Un toit pour la pluie
Du thé au coin du feu
Du rire pour te réjouir
Ceux que tu aimes près de toi
Et tout ce que ton cœur désire




dimanche, mars 16, 2003
 
Le Dieu de Sadam Hussein ?
le Dieu de G. Bush ?



Dieu s’Il existe, ne peut être qu’Amour…

L’ Amour, c’est le Dieu de Jésus qui dit :

J'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli...
En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait...
Saint Matthieu, 25 : 34-35, 40.

C’est le Dieu de Saint François
et je voudrais qu’Il soit le mien et le tien…
et qu’avec le poverello



nous disions ensemble :
Fais de moi un instrument de ta paix.
Là où est la haine, que je mette l'amour.
Là où est la discorde, que je mette l'union.
Là où est l'offense, que je mette le pardon.
Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
Fais, Seigneur, que je ne cherche pas tant
d'être consolé que de consoler;
d'être compris que de comprendre;
d'être aimé que d'aimer.
Car c'est en donnant qu'on reçoit;
c'est en s'oubliant qu'on trouve;
c'est en pardonnant qu'on est pardonné;
c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle vie.
(François d'Assise)



jeudi, mars 13, 2003
 


Jean Pierre est un ami de longue date. Il est pasteur à Genève,
il est l’ami de tous les étrangers
Il m’avait dit qu’il viendrait aujourd’hui. Je l’avais oublié. Pas lui.
On a fait du café.

On a parlé, devinez de qui, de quoi ?
De l’Incarnation : « et le Verbe s’est fait chair » en toute créature !
Le souffle amoureux du créateur en moi, en nous…
comme un souffle printanier qui fait siffler les oiseaux et sourire les souris…

Jean-Pierre va plus loin, il dit :
« l’Incarnation, ça s’actualise dans la relation entre les gens. Les gens en relation, comme serrure et clé…
c'est là que ça se passe, l'Incarnation
sous le souffle amoureux de Dieu fait homme : Yeshua… »





Aujourd’hui, notre planète fragmentée est une Incarnation fragmentée…
un fourmillement de petites gens dont je fais partie…
Marie la fillette aux yeux d’or qui joue avec Elisa
Ahmed au regard sombre qui joue au foot
Mai Juan qui déménage sa famille
Pascal qui va chercher les enfants à l’école, leur donne à manger
et fait avec eux les devoirs…

C’est l’Incarnation aujourd’hui, sur notre terre

Le monde fragmenté…
la Nation arc en ciel… elle se construit dans les larmes et la lutte





















































































lundi, mars 10, 2003
 










Prière devant ma petite planète ce lundi matin

Qu’en pense Jésus, du monde qui fut le sien
et que ses pieds foulèrent inlassablement pour y rencontrer, réjouir,
guérir, aimer à la folie, des enfants, des hommes et des femmes
en chair et en os, dans leurs milieux, à eux…
des gens qu’il aime, en ce moment, au-delà des espaces et des temps?

que penses-tu de notre monde en ce jour ?
que penses-tu de moi, qu’attends-tu de moi ? je sais ce que tu
attends de moi… mais j’ai besoin de ta force,
de ton amour surtout…

alors :

« conduis-moi, douce lumière
à travers les ténèbres qui m’encerclent
garde mes pas, je ne demande pas de voir déjà
ce qu’on doit voir là-bas
un seul pas à la fois
c’est bien assez pour moi… »



mardi, mars 04, 2003
 
Pèlerinage du dimanche
De Lausanne à Saint Ursanne



A la recherche, comme tous les pèlerins
d’une réalité plus profonde que celle du quotidien
Partir tôt le matin, voyager en bus, en train
Saluer les compagnons de voyages
Se parler, partager parfois une pomme ou un journal…
Arriver à Saint Ursanne





Se recueillir à la chapelle Sainte Anne
De la collégiale… allumer une deux trois petites bougies
Prier

Monter au deuxième étage du Foyer
Embrasser Jean, Gilbert, Nathalie, Sophie, Noémie
Ecouter le journal de midi trente ensemble
Rire et raconter des riens d’antan et d’aujourd’hui
Jouer au Scrabble et boire du thé

Jean et sa sœur







Jean et sa belle-sœur





Chanter, chanter encore
Cheminer sur la route du ciel en chantant
Jusque vers les cinq heures du soir
Pour reprendre la route du retour
La route semée d’étoiles
De Saint Ursanne
Jusqu’à Lausanne
Arriver pile pour Hautes Fréquences




 
Carnaval 2003

"Adieu la viande"
Vive le mardi gras et les omelettes à gogo!

Dehors, on s'en donne à coeur joie
c'est le monde sens-dessus-dessous:
on danse ensemble sur la place publique
les beaux, les laids, les vieux, les jeunes
sous un masque on se reconnaît pour ce qu'on est
des êtres humains, tous...



c'est le rêve de Jésus
ce qu'Il fait, ce qu'Il dit à travers tous les temps, tous les lieux:
il met notre monde globalisé tout simplement sens-dessus-dessous
sans masque et sans vergogne
c'est carnaval, ça joue?



dimanche, mars 02, 2003
 

"Par tous les moyens
allez proclamer à tous
qu'ils sont précieux
au coeur du créateur..."





 


Mail and Guardian
Saturday , 01 March 2003 08:33

Twenty-one church leaders were arrested in Zimbabwe yesterday when they tried to deliver
a petition to the police urging an end to its abuse of power.
Vingt et un pasteurs ont été arrêtés hier au Zimbabwe alors qu’ils tentaient de remettre aux autorités de la Police
une pétition demandant que cessent les abus de pouvoir.

In Zimbabwe's second city, Bulawayo, the Catholic Archbishop Pius Ncube, an outspoken critic of the Mugabe government…
said he had told the police that it was impossible to separate issues of hunger, economic hardship and violence from religion.
A Bulawayo, deuxième capital du pays, Pius Ncube, archevêque de l’Eglise catholique et critique ouverte du gouvernement Mugabe,
a déclaré à la police qu’il était impossible de dissocier la famine, la pauvreté et la violence, de la religion…

« We cannot be silent in the face of violence and torture. The church must be the ears for those who cannot hear,
the eyes for those who cannot see and the voice of the voiceless ».
Nous ne pouvons pas nous taire face à la violence et à la torture… les Eglises doivent être la voix des sans voix…