KATUTURA


lundi, mars 26, 2007
 
Jésus : sa Bonne Nouvelle met le monde à l’envers, autrement dit:
sens dessus dessous…




Il le fait par son comportement
par son attitude envers les gens
par ses paraboles

Jésus, ce paysan- charpentier juif n’ést pas un écrivain, il n'est pas un érudit ni un homme de renom … Aujourd’hui, à Lausanne comme à Rome qui le reconnaîtrait comme « Homme libéré annonçant la libération des pauvres et des opprimés ! »???

C’est tout simplement fascinant, la manière nonchalante dont Jésus crée des relations. Un exemple:

Il rencontre un type, Jean, et puis un autre, André. Ces deux pêcheurs sont intrigués par le regard de Jésus, par sa manière de dire « Bonjour comment vas-tu ? ». Ils lui demandent : « Tu habites où ? » Jésus n’a ni carte de visite, ni No de téléphone, ni un nom de rue à donner, il dit:
« Venez voir ! ».

Jean est tellement émerveillé par cette invitation qu’il se souvient de l’heure exacte : quatre heures de l'après-midi. Jésus est un « Sans domicile fixe ». L’endroit de la rencontre est donc quelque part dans la nature, ou chez des amis puisque lui-même a dit, et c’est Luc qui le rapporte :
« Le Fils de l'homme n'a pas un lieu où il puisse reposer sa tête ». (9 : 58)

Ils vont voir...Peut-être partagent-ils un poisson rôti où quelques grains de blés, ils boivent l’eau tiré d’une fontaine… surtout ils font connaissance ! Ils se parlent comme des amis! Faire connaissance avec quelqu’un, tout à fait accidentellement est la plus belle de toutes les expériences !

Les nouveaux amis sont tellement frappés par cette rencontre qu’ils en parlent à Philippe qui en parle Nathanaël. Nathanaël est un peu comme un Vaudois ou un Jurassien, il reste sur ses gardes surtout quand il apprend que ce Jésus qu’on dit être « pas comme les autres », une espèce de Messie quoi, viendrait de Nazareth où habite ses parents !

Jésus est vraiment heureux de découvrir quelqu’un de la trempe de Nathanaël, il le taquine et il lui dit :
« Oh ! je t’ai vu sous ton figuier, tu sais ! » Source :
Et Nathanaël plein de joie clame : « Ah tu es vraiment le fils de Dieu ».



C’est ce qu’il fait, sa manière de parler avec chacun et avec tous qui étonne ! Il n’a pas de gardes de corps, pas de « gardes suisses anticipés » du tout ! Il intrigue, il attire, il n’en impose pas. Il dit Oui pour Oui
et Non pour Non… Et croiser son regard de bonté, c’était comme sentir l’amitié en passant !

Jésus est un conteur, un narrateur ! Aujourd’hui comme hier si on veut bien. Les histoires que Jésus racontent montrent « qu’un autre monde est possible » (par exemple la parabole du Bon pasteur !)…

Mais Jésus est provoquant et ses paroles sont subversives...elles sont nouvelles!

« … quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé.
Il dit aussi à celui qui l'avait invité : Lorsque tu donnes à dîner ou à souper, n'invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni des voisins riches, de peur qu'ils ne t'invitent à leur tour et qu'on ne te rende la pareille.
Mais, lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles… » (Luc 14 :11-13)




Jésus a dit ces choses-là où ? « Il avait été invité dans la maison de l`un des chefs des pharisiens, pour prendre un repas, les pharisiens l`observaient… » (Luc 14 :1)

Imaginer Jésus aujourd’hui dans un palais épiscopal…et ceux qui l’observent, tous les agents pastoraux
et les fonctionnaires…et les « bonnes sœurs » (comme on dit parfois) qui ont fait la cuisine et qui entendent ces paroles en servant les « gens de marque »…c’est presque impensable sinon au cinéma…mais ce n’est justement pas du cinéma, la vie de Jésus aujourd’hui.