KATUTURA


mercredi, février 07, 2007
 
Signes des Temps

Da Vidy Code : le lendemain

L’incertitude de l’avenir : une angoisse spécifiquement humaine, né d’une conscience capable de se projeter dans le futur.
On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve. On ne sait jamais. On tente de se rassurer :
On prend des précautions, au cas où. Par peur de manquer, on engrange des réserves qui vire à la soif de posséder et de s’enrichir, le capital devient l’unique moteur du monde.

On tente de contrôler rationnellement l’avenir en le planifiant au maximum. Une manière souvent illusoire de se rassurer.



Face à un futur incertain, on se réfugie dans le passé : on se cramponne aux acquis. Aux sécurités. Ces attitudes de repli et de frilosité entraînent de nouvelles peurs : celles de la nouveauté, du changement, forcément perçus comme un danger d’y perdre quelque chose. Un terreau que le populisme exploite abondamment. (Blocher à Mont- sur- Rolles.



Le passé-refuge cultive le culte des traditions, mais aussi les musées. La Suisse en compte 950 pour 7 millions et demi d’habitants : c’est le record mondial.

Pour avoir moins peur du lendemain, l’être humain recourt aussi à la croyance et à la superstition :

la volonté divine, la Providence, la Fortune, les anges gardiens ; l’idée d’un Destin où tout est écrit ; sans oublier la prophétie, la voyance et la divination, qui depuis toujours font la prospérité des charlatans de tout acabit. Qui n’a jamais consulté son horoscope ?


Signes des temps :
Le passé de l’avenir…

Selon ma compréhension de « Jésus aujourd’hui » A.N.

Le fondamentalisme fait miroiter la vérité absolue contenue dans des dogmes religieux et soigneusement gardée, enseignée par une autorité omnisciente. Tourmentés par l’angoisse d’un avenir incertain, bien des gens s’accrochent au fondamentalisme religieux :

fondamentalisme chrétien
fondamentalisme musulman
fondamentalisme hindou
fondamentalisme juif



Ces fondamentalismes entrent en conflit les uns avec les autres mais tous ont en commun la « loyauté » totale à une autorité détentrice d’une vérité absolue qui n’admet ni le doute ni la remise en question. Voilà ce que le système offre aux gens de notre époque à l’avenir incertain…et nombreux sont ceux qui s’y réfugient.



OPUS DEI

Sans dire que les fondamentalismes (mentionnés plus haut) prennent souvent la forme d’un fondamentalisme politique qui met sa confiance dans la puissance des armes. Et nous
Faisons l’expérience de la violence institutionnelle, révolutionnaire ou terroriste. C’est selon.

Le néo conservatisme c’est-à-dire le retour au passé en ce qui concerne la théologie, les croyances, les coutumes, les liturgies, est une manière de rassurer « l’institution et ses fidèles en les incitant à faire confiance à ce qui a été testé et prouvé sûr dans le passé! »

Le retour de manivelle de l’Eglise catholique après l’ouverture et les réformes de Vatican II, après 1965, est un exemple frappant de ce retour en arrière !



Se terrer dans la peur de l’avenir ou relever les défis que nous offre l’Esprit de Jésus ?