KATUTURA


mercredi, février 14, 2007
 


Les ainées, ce 14 février 2007

L'Institut national de la statistique (INSEE) vient de publier une étude sur la réalité socio économique des aînés, notamment des femmes:

Selon le Monde

« Tout au long de la vie, état de santé et niveau social vont de pair. Même au sein du troisième âge, l'espérance de vie suit la hiérarchie des diplômes et des catégories socioprofessionnelles, constate une étude de l'Insee publiée mercredi 14 février. Lorsque la vieillesse arrive, mieux vaut être un ancien cadre, marié et vivant dans un logement ordinaire qu'un ex-ouvrier, veuf et en maison de retraite ».

Impossible pour « les vieux » de descendre dans la rue pour revendiquer leurs droits, pour faire connaître ce qu’ils ressentent d’une « vie artificiellement » trop longue, non rentable et en manque de relations humaines... !

Cependant, on rencontre des aînés épanouis et des jeunes flétris bien que...

« La vieillesse honorable n'est pas celle que donnent de longs jours, elle ne se mesure pas au nombre des années; c'est cheveux blancs pour les hommes que l'intelligence, c'est un âge avancé qu'une vie sans tache. » (Sg 4 :8,9)

Et encore : C'est une couronne d'honneur que les cheveux blancs, sur les chemins de la justice on la trouve (Proverbes 16, 31).

Et sur les chemin de la vie quotidienne :

A la veille de sa mort, une personne m’a dit :
« Tu sais, la mort est la plus grande justice, là on est tous égaux ! »
Et comme il avait raison, lui qui n’avait pas eu tout son compte de vie, comme le chantait si humainement notre cher Aimé Duval :

« Il n’a pas eu bonnes gens tout son compte de vie, tout son compte de vie…
Il n’a pas eu bonnes gens, il n’a pas eu bonnes gens : le vieillard mon voisin
qui meurt avec sa faim… faim de dignité, faim de tendresse, faim de pain… »

Mais le crépuscule de la vie n’est pas toujours ténèbres, cela est aussi l’accomplissement, l’arrivée à la source dont l’on a émergé sans le demander…
Dans quel but ? Un passage, rien qu’un passage d’une rive à l’autre… en se donnant la main si on veut bien...