KATUTURA


lundi, septembre 11, 2006
 
Benoît 16 en Allemagne
(11.09.06)

« Cette sensation de faim qui me prend, qui m'empêche de penser »



Notre évêque sud africain, Desmond Tutu racontait qu’une maman, qui n’avait plus une croûte de pain, donnait à sa fillette affamée avant de la mettre au lit, un peu d’eau pour calmer son mal de ventre vide.

Teilhard de Chardin a dit quelque part « how many slices of bread for one thought ? »
Combien de tranches de pain pour une seule pensée ?

Jésus va plus loin … il est la solidarité « incarné » : selon Matthieu 25 :35:

« j’avais faim et vous m’avez donné à manger »…

Jésus est bien plus que le berger, le leader, le pape !

Jésus est l’affamé de tous les temps



Il attend que nous partagions avec lui un peu de notre pain quotidien.

C’est l’humble Eucharistie des petites gens qui partagent leur nécessaire entre eux
pour survivre car il n’ont pas de superflu…

Que penser des paroles de Benoît 16 , dans sa Bavière natale ces jours-ci :
"Il existe une faiblesse d'audition à l'égard de Dieu dont nous souffrons particulièrement en nos temps"
à quel Dieu pense-t-il ? Le Dieu des dogmes, le Dieu d’une certaine foi institutionnelle,
ou le Dieu incarné en Jésus dans ceux qui ont faim ?

C’est quoi, une spiritualité qui n’émerge pas de la faim des pauvres ?

Je me suis posée cette question quand je l’ai entendu dire, lors de sa visite à Auschwitz,
le 28 mai 2006,

« Seigneur, pourquoi es-Tu resté silencieux ? Pourquoi as-Tu permis cela … » .

Ce qui a été interprété, assez souvent comme étant l’absence de Dieu dans cette réalité de mort
par des théologiens. Il semble que le pape a une compréhension dogmatique de l’incarnation,
alors que « Dieu fait homme » est tout homme et tous les hommes ! D’où la question :
le « seigneur » dont parle le pape, comment pouvait-il parler puisqu’il était en train de mourir
dans les fours crématoires et que l’Eglise et ses chefs se taisaient prudemment…
même s’ils en souffraient peut-être? !



Les chefs de l’Eglise ont-ils répercuté le cri du Dieu agonisant dans les fours crématoires
en Allemagne?